Questions fréquentes

LES QUESTIONS LES PLUS FREQUENTES

 

 

  • Qu’est-ce que l’ostéopathie?

Thérapie uniquement manuelle,  cette approche douce recherche la cause de la douleur et la traite. Le traitement est global : à proximité de la lésion, par restauration de la dynamique tissulaire, et à distance, par un travail sur la vascularisation, les tensions, et l’innervation de ce tissu. C’est pourquoi une connaissance sans faille de l’anatomie et de la physiologie humaine est indispensable.  Elle est complémentaire des autres pratiques thérapeutiques et ne dispense pas des visites médicales.

 

  • Quand consulter un ostéopathe ?

Quand vous souffrez d’un trouble  réversible non organique, c’est-à-dire quand les tissus ne sont pas lésés. Cependant, de par son approche globale, l’ostéopathie peut également apporter son aide dans des maladies organiques ou dans le cadre de pathologies lourdes en améliorant la qualité de vie du patient par exemple.

 

  • Je n’ai pas mal en ce moment, pourquoi devrais-je consulter un ostéopathe ?

Le corps s’adapte sans cesse aux contraintes extérieures (sport, chocs, etc…) et intérieures ( stress liés à la vie personnelle, professionnelle, etc…). Peu à peu, le corps s’adapte, compense, en silence. Puis une goutte d’eau fait déborder le vase, et le corps « craque ». Cela peut être chez soi en faisant un geste anodin, à l’entraînement dans un geste répété des milliers de fois, ou pendant un évènement sportif. Pour éviter cela, l’ostéopathe peut être consulté de manière préventive.

 

  •  J’ai vu mon ostéopathe, donc je n’ai pas à voir mon médecin ?

Une consultation ostéopathique ne remplace pas une consultation médicale. De par sa formation, l’ostéopathe D.O. est à même de déterminer si un patient peut être soigné par l’ostéopathie ou s’il nécessite un examen médical.

 

  • Combien coûte une séance d’ostéopathie au cabinet ?

50 €

 

  • Combien coûte une séance d’ostéopathie aquatique ?

65 €

 

  • La séance est-elle remboursée ?

Jusqu’à présent les actes d’ostéopathie ne sont pas pris en charge par la Sécurité Sociale. Cependant, devant la demande croissante des patients, de nombreuses mutuelles ont décidé de rembourser tout ou partie du tarif d’une consultation.

Le montant et les conditions de prise en charge sont cependant très hétérogènes d’une mutuelle à l’autre, mais également au sein d’une même mutuelle, d’un contrat à un autre (options choisies etc.). Il est donc conseillé à chacun de prendre contact directement avec sa mutuelle afin de se renseigner.

 

  •  Est-il utile d’amener mes radiographies, IRM, scanner au premier rendez-vous ?

Oui, mais ce n’est pas indispensable. L’ostéopathe vous les demandera s’il le juge nécessaire

 

  • Que signifie D.O ?

D.O signifie « diplômé en ostéopathie ». Ce titre est soumis à des critères de formation de qualité permettant un haut niveau de compétence :  5 années en continu et la validation d’un mémoire de fin de cursus au cours d’une sixième année.

 

  • Est-il nécessaire d’avoir une prescription médicale pour aller chez l’ostéopathe ?

Non cela n’est absolument pas nécessaire. Il vous suffit de prendre rendez-vous directement avec l’ostéopathe, car l’ostéopathie est une pratique dite de « première intention ». Cela implique aussi que l’ostéopathe  réoriente le patient vers le spécialiste adéquat si le motif de consultation est une contre-indication à l’ostéopathie !

 

  • Quelle est la différence entre kinésithérapeute  et ostéopathe ?

Initialement, ce sont notamment des masseur-kinésithérapeutes qui ont participé à l’introduction de l’ostéopathie en France. C’est donc dans ces cabinets que sont apparues les premières consultations ostéopathiques en France.

Les deux professions sont complémentaires mais pourtant totalement différentes. Le masseur-kinésithérapeute rééduque le patient suite à un trauma, une chirurgie, etc…; il utilise parfois des machines. L’ostéopathe ne rééduque pas et n’utilise pas de machine.

Par ailleurs, le masseur-kinésithérapeute pratique sur prescription médicale alors que l’on peut consulter un ostéopathe sans avoir consulté de médecin auparavant.

 

  • Je suis en rééducation avec un kinésithérapeute, puis-je consulter un ostéopathe ?

Oui. C’est même une bonne chose car, ces deux approches thérapeutiques étant complémentaires, elles permettent une meilleure récupération des capacités du patient.

 

  • L’ostéopathe collabore-t-il avec les autres professions médicales et paramédicales ?

Oui. L’ostéopathe D.O. a reçu une formation dans le domaine médical. C’est pourquoi il est habilité à reconnaître quand un cas relève de son domaine de compétence, et quand il doit référer un patient à un confrère médecin, kinésithérapeute, podologue, naturopathe, etc…

 

  • L’ostéopathie, ce n’est que pour les os ?

Non. Le terme « Ostéo » se réfère effectivement à la racine Ostéon, os, mais on ne saurait limiter l’ostéopathie au champ ostéo-articulaire. Elle s’applique à rétablir la mobilité des

os et des articulations (de la tête aux pieds), mais aussi des viscères (intestins, etc…), des muscles, des fascias, etc…

 

  • L’ostéopathe, c’est celui qui fait craquer ?

L’ostéopathe peut effectivement utiliser par moment des techniques entraînant éventuellement un « crack », mais il dispose de nombreuses autres techniques dites plus « douces ».

 

  • D’où vient le « crack » que l’on entend parfois ?

Le craquement est dû à une dépression dans l’articulation qui crée une libération de

CO2. Il se passe la même chose lorsque l’on se fait craquer les doigts. Elle n’est en aucun cas un signe de réussite de la technique. Elle se produit souvent lors de techniques dites « structurelles », c’est-à-dire ostéo-articulaires. Ces techniques, parfois spectaculaires par leur réalisation et

par le craquement qui en résulte (dans certains cas seulement), ne sont pas pour autant dangereuses si elles sont réalisées par un praticien compétent.

 

  • Y-a-t-il obligatoirement des « craquements » dans un traitement ostéopathique ?

Non. Tout dépend du type de technique utilisée par l’ostéopathe. En fonction du patient et du motif de consultation, l’ostéopathe emploie différentes approches.

 

  • Mon bébé a quelques jours, puis-je l’amener ?

Oui, vous pouvez emmener votre bébé chez l’ostéopathe dès les premiers jours.

Le plus tôt est le mieux car les os du crâne, très sollicités pendant la grossesse et la naissance, fusionnent à mesure que le bébé grandit et les traumatismes sont plus difficiles à corriger à mesure que le temps passe. Il est conseillé d’amener votre bébé même s’il ne présente aucun symptôme. Certains blocages peuvent entraîner des problèmes plus tard dans le temps : la prévention est notre meilleure alliée.

Il est nécessaire, pour les nourrissons de moins de 6 mois, d’amener un certificat médical de non contre-indication médicale à l’ostéopathie.

Mamans, n’oubliez pas de prendre soin de vous aussi ! Votre corps a connu de nombreux changements pendant votre grossesse, la naissance du bébé et la période suivant l’accouchement : l’ostéopathe peut vous accompagner durant ces changements et diminuer certains troubles qu’ils entraînent.

 

  • Pourquoi traiter en milieu aquatique ?

Les principes sont les mêmes qu’en ostéopathie à une différence près : au lieu d’être allongé sur une table, le patient est maintenu à la surface de l’eau  par des flotteurs spécifiques dans une piscine chauffée à 35°C.

L’eau chaude permet un meilleur relâchement des tissus et donc permet à l’ostéopathe d’être efficace plus rapidement. D’autre part, l’eau chaude a un effet antalgique sur le corps, ce qui fait de l’ostéopathie aquatique un outil très efficace dans les traitements des douleurs chroniques.

Enfin l’eau chaude est un milieu maternant, sécurisant, enveloppant, qui invite au lâcher prise et permet donc de traiter avec succès beaucoup de troubles émotionnels ou psychosomatiques aussi bien chez l’adulte que chez l’enfant.

Une prise en charge spécifique est bien sûr proposée aux personnes souffrant d’aquaphobie.